LëtzebuergeschFrançaisDeutsch

leopold.winandy@online.lu www.bepwinandy.lu/

Pédagogie

Pour apprendre le latin à Pierre,
il faut d'abord connaître Pierre, ensuite le latin.

Cette vieille règle pédagogique est trop souvent oubliée. Les matériaux d’enseignement sont antéposés aux enfants!

C’est l’enfant qui décide ce qu’il comprend,
ce qu’il retient, ce qu’il apprend.
Claude-Henry Joubert

Zoltán Kodály disait:

Un programme pour les petits doit être bien pensé et explicite et seulement les professeurs, les plus compétents, devront avoir l’autorisation d’enseigner la musique aux petits enfants.

Pour le pédagogue, c’est sa compétence qui joue un rôle dans le travail avec les enfants. Ses réflexions, pour arriver au but, sont déterminantes. Mais un programme intelligent l’aiderait certainement dans ses démarches.

Le professeur qui veut faire un bon enseignement de la musique, doit se défaire de l’enseignement de la théorie telle qu’elle a été faite depuis toujours. Les enfants en dessous de 11-12 ans ne sont pas encore capables de formuler une pensée abstraite. Pourtant, la théorie est une matière abstraite! A la place de la théorie, il faut mettre l’intonation, avec les altérations, des intervalles. Seul l’imagination intérieure des inter-valles avec la solmisation correcte, rend l’élève capable de comprendre la notation musicale, de chanter à vue, de comprendre la dictée et de l’écrire.

Dans son livre "Enseignement de la musique" Claude-Henry Joubert écrit:

Ne demandez pas à un enfant de discerner des éléments qu’il ne peut pas pratiquer. L’apprentissage de définitions théoriques doit à ce stade être collé à la pratique.

Jean Bourjade, psychologue, écrit:

Il est une faute pédagogique de vouloir faire naître intempestivement la raison abstraite chez un enfant de 10-11 ans, dont l’intelligence ne peut s’exercer avec rectitude que dans l’action et sur le plan de l’expérience concrète. C’est ainsi qu’on crée des verbalismes creux.

Prof. Dr. Eckart Altenmüller et Dr. Wilfried Gruhn, chercheurs, écrivent:

Pour l’enseignement musical il est de la plus haute importance que l’acquisition de l’imagination musicale se fonde sur des modèles acquis par des mouvements corporels, le chant et le jeu avant d’entamer d’une manière sensée la dénomination abstraite, le transfert à la notation graphique et l’explication théorique. L’apprentissage de la musique ne peut être fait que par la musique et non pas par des termes et des règles.

Paul Hindemith écrit:

Il est insensé de travailler des intervalles, des gammes et des accords seulement théoriquement.

Je résume:

La musique est l’art des sons et la théorie ne sonne pas. Une définition théorique n’a qu’un sens que si elle est en relation avec l’imagination acoustique de cette définition. Toute autre occupation avec la théorie est superfétatoire et du temps gâché!

La pensée primordiale doit être de conduire l’enfant vers la musique. La théorie et le “sur son donné” ne conviennent pas pour cela. Sous la rubrique: Livres - Contenu des livres, est décrit l’organisation des examens. Ces suggestions sont des indications, comment on peut réaliser un programme d’étude.

Comme les enfants vivent dans la pratique, j’emploie pour la lecture des rythmes une langue de rythme, et des signes de main pour la représentation des sons et des notes. Ce sont des aides pour concrétiser la notation musicale.

Au centre de l’intérêt, je mets le développement du rythme, de l’ouïe, de l’intonation des intervalles, des accords, des gammes et des mélodies.

La solmisation des intervalles, des accords et des gammes se fait avec la prononciation des altérations. Le but est, de donner à l’élève les aptitudes pour solfier les mélodies avec les syllabes de “do-majeur” et en même temps de penser et de sentir dans son for intérieur les altérations et la tonalité. C’est la seule manière de comprendre et d’exécuter la notation musicale!

Il est souhaité, que le professeur connaisse bien le processus pour l’apprentissage des leçons de solfège !

De plus amples informations pédagogiques, le professeur les trouve dans mes publications Mir maache Musek:

Chanter est le fondement de la musique en toute circonstance.
Celui qui compose, doit chanter dans ses phrases.
Celui qui joue sur les instruments doit savoir chanter.
Enseignez donc assidûment le chant aux jeunes gens!
Georg Philipp Telemann (1681-1767)

 

top